Les jardins

Le parc à l'anglaise

Suite à la révolution, le parc du château de Craon fut laissé à l’abandon quelques années jusqu’en 1838. Les propriétaires décident alors de creer un parc à l’anglaise. Il est l’œuvre de Chatelain, un paysagiste du XIXe. Plus de 3000 arbres et arbustes, résineux et feuillus sont disposés de manières à créer des tableaux s'intégrant à la nature environnante. C’est la famille du Marquis de Champagné propriétaire des lieux à cette époque qui a décidé de planter ce très beau parc dont les 6 kilomètres d’allées ont pu être conservées. Une rivière, l’Oudon, serpente dans le bas du parc et  apporte sa fraîcheur à tout le fond du parc.

Le jardin à la française

Le jardin à la française, expression du classicisme dans l'art des jardins, autrement dit la recherche de la perfection formelle, d'une majesté théâtrale et d'un goût du spectacle a été réalisé par le paysagiste Redont en 1930 à la demande du marquis Fortuné d’Andigné le second mari d’Hèlène de Langle. La mode du romantisme étant quelque peu passée et les propriétaires souhaitant remettre le château de Craon dans son écrin d'origine. Ce qui fit dire à un paysan de l’époque au sujet des deux époux de la marquise:

“ Le premier marquis quand il avait de l’argent c'était pour acheter de la terre, le deuxième pour la retourner dans son parc !”

La marquise d’Andigné a su réagir avec courage lorsque les allemands qui occupaient la propriété, avaient décidé de couper des arbres pour les besoins de la guerre. Ils furent impressionnés par la détermination de la propriétaire. Grâce à elle, le parc compte encore une grande quantité d'arbres remarquables. Les plus vieux arbres du parc sont les tilleuls devant le château et un très vieux chêne champêtre qui a allègrement passé les 300 ans.

La chance de Craon est d’avoir toujours eu des propriétaires attentifs à l’ensemble tant pour le château que pour le parc. Le Comte Louis de Guébriant a restauré le potager en 1992 ce qui fait que l’ensemble composé d’un grand parc à l’anglaise, d’un jardin à la française, d’un potager mais aussi d’un petit jardin avec des buis taillés est presque unique dans l’ouest. L’ensemble du domaine s’étend sur 47 hectares. A cela s’ajoute une chapelle, un lavoir buanderie et une très belle glacière parfaitement conservée. Tous les ans les propriétaires poursuivent leurs plantations et sélectionnent le semi naturel des arbres dans les sous bois pour assurer l’avenir du parc.

Le jardin potager

Le jardin potager couvre une surface de 12 000 m2 au sud du château, à proximité de l'ancienne enceinte de la ville médiévale de Craon. Héritier du jardin médiéval, ce potager est clos de murs et volontairement situé à distance du jardin d'agrément. À l'origine, il était structuré en huit carrés avec une allée principale et un puits en son milieu. Sa rénovation a commencé en 1990. À gauche de l'allée médiane, on trouve les légumes et les fleurs à couper. À droite, ce sont de nouveaux carrés de cucurbitacées et d'arbustes fruitiers : framboisiers, groseilliers, cassissiers... Les allées sont bordées de pommiers et de poiriers en espalier.

Chaque année, le troisième dimanche d'octobre, les propriétaires organisent un grand événement:  "l'automne en fête" au château de Craon.  Les cucurbitacées du potager sont vendus à cette occasion.

Le visiteur découvrira dans le mur sud de la clôture une vieille tour moyenâgeuse ayant conservé ses deux archères - les meurtrières pour tirer à l'arc.

Les serres et l’orangerie du jardin

Les trois serres situées dans le jardin potager datent du XIXe siècle. Elles ont été restaurées en 1993-1994. La première serre adossée au mur n'était pas chauffée, contrairement à la serre à raisins, à l'orangerie et à la serre de multiplication. Celle-ci était utilisée pour effectuer les semis. Les jeunes plants rempotés dans de petits pots en terre cuite étaient ensuite entreposés dans la serre à raisins et dans l'orangerie. Ils étaient rangés sur des ornaux - d'épaisses ardoises - ou des tuiles plates situées au-dessus des tuyauteries où circulait l'eau chaude. On cultive encore des tomates dans la première serre, la seconde abrite des fleurs et une collection de fougères et la dernière du raisin de table.

Le petit Jardin

Le petit jardin a été aménagé dans une ancienne carrière. Trois escaliers de rocaille permettent d'accéder à la terrasse plantée de Nandina Domestica, palmiers et chênes séculaires. Ils débouchent sur l'« allée des rouliers » que l'on peut suivre à son gré jusqu'au château ou au jardin potager. Le petit jardin est composé de boules de buis taillés, de houx, d'eléagnus et de troènes. Au printemps, les cognassiers du Japon donnent une jolie couleur rouge puis suivent les rhododendrons. La vue depuis le petit escalier qui remonte à l'allée des rouliers est très belle, fin juillet, alors que la végétation plus sauvage a poussé, les digitales sont nombreuses.

Les éléments architecturaux du parc

Le lavoir

Le lavoir buanderie se trouve sur les bords de l'Oudon, dans un environnement de rhododendrons, près de l'ancien gué qui permettait de franchir la rivière à cheval. Autrefois, la buée - la grande lessive - avait lieu deux ou trois fois par an. Elle occupait une chef laveuse et trois assistantes pendant plusieurs jours.

La buanderie a été restaurée par Louis de Guébriant. Deux cuves étaient utilisées pour la buée, on y mettait le linge à tremper dans l'eau bouillante avec de la cendre de bois pour lessive. L'eau chaude était produite par une chaudière à bois dans un gros chaudron.

La glacière

La glacière du château est isolée par trois portes successives et sa voûte de briques protégée par une épaisse couche de terre. Construit au 19e siècle, ce petit bâtiment a servi de réfrigérateur jusqu'au milieu du 20e siècle. A la belle saison, on y entreposait les produits qu'on voulait tenir au frais sur un plancher situé au niveau de la chambre froide. On stockait dans cette chambre de la glace prélevée dans la rivière au cours de l'hiver ainsi que de la neige. La neige et la glace fondues étaient ensuite évacuées par une canalisation jusqu'à la rivière. La durée de fonctionnement de la glacière dépendant de la quantité de glace et de neige stockées en hiver et de la température extérieure.

La Chapelle

Construction octogonale de la fin du XVIIIe siècle, la décoration actuelle date de 1830. La menuiserie de l'autre côté est presque identique, seule une demi-tourelle rajoutée en 1830 les diffèrent.

L'aménagement de la chapelle a été réalisé par Guillaume de Champagné Giffard, qui acheta le château en 1828. Il est représenté sur les deux vitraux identiques avec sa femme : Adélaïde de Bonneval. On peut y voir leurs armes et en dessous, la devise des Champagné "Mori Malo Quam Foedari" que l'on peut traduire par "Mieux vaut mourir que trahir".

Une mosaïque jaune et bleue orne le sol portant les hermines de Bretagne des Champagné et les fleurs de Lys, symbole de la royauté française, nous sommes ici au commencement des marches de Bretagne.

La chapelle contient une collection impressionnante de reliques, plus de 1000 et une soutane portée par le pape Pie IX.

Dans les 4 tourelles, les vitraux désignent chacun des quatre évangélistes Saint-Luc, Saint-Matthieu, Saint-Jean et saint Marc.

Les 2 chapelles autour de l'autel sont des chapelles funéraires puisque trois personnes y sont enterrées : Amicie de la Grange qui était la mère d'Alain de Champagné avec son fils Juhel, mort à 3 ans ainsi que François, l'oncle de l'actuel propriétaire, décédé au soir de sa naissance en 1949.

La chapelle est aussi dédiée à la Vierge Marie, partout des couronnes avec un A et un M entrelacés, pour Avé Maria. La grande vierge à l'enfant dans la demi tourelle au dessus de l'autel est éclairée naturellement par un carreau dans la toiture. Enfin, la chapelle est consacrée, on y célèbre la messe plusieurs fois par an.

Le fournil et le pigeonnier

Entre les écuries et le château, on trouve le fournil avec un grand four à pain. Un pigeonnier appareillé de briques et aux ouvertures encadrées de tuffeau s'élève au milieu de la cour tandis qu'un bûcher se situe à droite ; c'est là qu'étaient stockées les bûches pour approvisionner les nombreuses cheminées du château. Le bâtiment côté gauche est une maison d'habitation. Au fond se trouvent les chenils des chiens de chasse du maître de maison : des springers spaniel. Le grand pigeonnier n'accueille plus de pigeons mais est habité par de jolies chouettes effraies qui y font des petits tous les ans. Les effraies sont ainsi appelées car elles émettent des cris un peu effrayants la nuit. Ce sont pourtant des animaux parfaitement inoffensifs et comme les chats, elles capturent un grand nombre de souris.

Les deux ponts sur l'Oudon

Deux ponts franchissent le cours principal de l'Oudon et le canal de dérivation des eaux du moulin situé à l'extrémité du parc. Ces ponts sont contemporains du château. Les rambardes de protection ont été refaites en 1993 à l'identique du modèle de 1770. Du premier pont, le visiteur peut apercevoir le vieux lavoir de Craon. La vue de ce pont est particulièrement intéressante lorsque l'on est sur l'allée de ceinture côté petit jardin. Pour offrir à ces ponts une solidité suffisante, le Marquis d'Armaillé a dû planter des poteaux de châtaigniers, ils sont en effet construits sur une zone très marécageuse.

Le bassin des Cygnes

Ce bassin a été réalisé en 1930 par le marquis Fortuné d'Andigné dans le prolongement de la route de Renazé-Pouancé. Il a été creusé sans les moyens mécaniques d'aujourd'hui. Toute la terre récupérée en creusant ce bassin a été utilisée pour constituer l'esplanade du jardin à la française. Un pont flottant a été installé sur la rivière pendant toute la durée des travaux et un petit chemin de fer a été aménagé. Les chevaux tiraient des wagonnets pour remonter la terre. Quelques palmipèdes d'ornement animent la pièce d'eau qui est aussi appréciée par des colverts qui viennent se nourrir aux frais des propriétaires ! Carpes, brèmes, sandres, brochets peuplent le bassin, les personnes qui viennent en chambre d'hôte peuvent tenter leur chance. Les plus belles pièces sont remises à l'eau.

Bel-Air

Les entrées du parc de Craon sont l'œuvre de l'architecte angevin Édouard Moll (1797-1876). Il dessine la grille en fer forgé à deux vantaux ainsi que la conciergerie, route de Laval, en 1840. Le dessin des spirales de la grille symboliserait la double filiation du domaine avec son château néoclassique et son parc à l'anglaise. En 1843, commencent les travaux de la seconde entrée de Bel-Air, place Saint-Nicolas, dans l'axe de la route de Nantes. Les pavillons de Bel-Air copient la disposition de la conciergerie de la route de Laval et encadrent une grille en fer forgé sur une largeur de 14 mètres.

Plan du parc

Plan du parc

1 Le Château
2 Le jardin à la française
3 Le fournil et le potager
4 La glacière
5 Le lavoir-buanderie
6 Le plus beau chêne du parc
7 Le petit jardin
8 Les deux ponts sur l'Oudon
9 Le bassin des Cygnes
10 Le potager
11 Les serres et l’orangerie du potager
12 Les anciennes écuries
13 Point d’eau de la frayère
14 La futaie

Témoignages

Timothée

“Un mariage de rêve ! Nous avons eu la chance de célébrer notre mariage au château de Craon. L'accueil y est chaleureux, ce qui est très précieux pour l'organisation d'une telle journée, le lieu est exceptionnel : immense, plein de surprises, majestueux et champêtre à la fois, le potager est charmant, le parc adapté aux enfants, les salles de réception sont très belles et la salle de danse parfaite pour danser jusqu'au bout de la nuit ! Nos familles et amis ont pu loger dans les gîtes qui sont très fonctionnels et agréables... sans parler des chambres du château qui font voyager dans le temps et dans l'histoire. Enfin le domaine est situé au cœur du village, à proximité des commodités, et de la très jolie Eglise de Craon. Vous l'aurez compris, nous garderons un souvenir inoubliable de ces journées passées dans ce lieu, ce dernier ayant grandement contribué à la magie de notre mariage !”

Robert (GB) - 26 juin 2018

The Chateau is really a special place to stop and spend time. The Count, Countess and their whole family were charming, welcoming and couldn't do enough to make our stay more comfortable. We made full use of the fantastic grounds and the swimming pool. Certainly one of the best places we have ever stayed in, in France and will definitely revisit. Highly recommended!!

Charlotte

Nous y avons marié nos enfants. Un lieu authentique, des propriétaires à la disposition de leurs hôtes, une variété de possibilités pour organiser et imaginer votre évènement... Des chambres "comme avant" (espace, meubles d'époque, étoffes, encaustique et...), une ambiance, une atmosphère... Nous avons adoré ce week-end dans ce lieu magique...

Lara (IS) - 02 juillet 2018

A fairytale ! Amazing place. It is like stepping into an adventure experiencing surroundings that only exist in fairytales. Strangely enough, it felt like staying with family as the host was excellent, caring, thoughtful but not overbearing. All the details in small things, the furniture, the accessories everything fitting a life in a palace. For a brief moment, it felt just like that, living in a palace in another era.

Silke und Thomas, mercredi 3 octobre 2012

Auf unserer Heimreise nach Deutschland haben wir in diesem wunderschönen Schloß mit unseren Kindern einen herrlichen Nachmittag verbracht. Der große Park lädt zum Spazierengehen ein und in den stilvoll eingerichteten Zimmern des Schlosses fühlt man sich wie in einer anderen Zeit. M. und Mme de Guébriant sind sehr gute und nette Gastgeber. So konnten wir gut erholt am nächsten Morgen unsere Heimreise antreten, aber wir wären gerne noch länger geblieben...